Ma vie Chrétienne : Le sexe avant le mariage est hors de question !

Ma vie Chrétienne : Le sexe avant le mariage est hors de question !

Le sexe ne devrait pas être une priorité dans nos vies. Pendant deux ans, j’ai été dans une relation qui a failli me détruire. Pendant deux ans, j’ai été dans une relation avec un mec sympa, attentionné, doux. Tout ce que les filles recherchent. Le seul problème avec mon ex, c’est qu’il était désespérément en quête de sexe. Ça me mettait mal à l’aise, parce que je n’avais pas envie de le faire. En ce qui concerne ma religion et mon éducation.

Je ne pouvais pas, je suis chrétienne. Comme toute ma famille et comme tous les chrétiens, je me base sur la Sainte Parole de la Bible, et dans la Bible il est écrit qu’une femme ne peut s’accoupler avec un homme que si celui-ci l’honore devant ses parents et devant Dieu.

Avoir des relations sexuelles avant le mariage est une fornication et c’est un grand péché. Je suis tout à fait d’accord avec cela, car ne pas le faire avant le mariage nous protège. Imaginez, je sors avec 18 gars avant le mariage ! 18 gars auront alors vu mon corps. Pour moi, cela diminue ma valeur en tant que femme.

J’ai des désirs qui me rendent folle

Le plus drôle, c’est que lorsque j’étais plus jeune, à 13 ou 14 ans, je ne connaissais pas cet aspect de la Parole. Je me disais : ” Je dois le faire, ma première fois sera quand j’aurai 18 ans. ” J’ai toujours pensé que le passage à l’âge adulte était le début de tout. Sans mentir, je ne pouvais pas attendre d’avoir 18 ans pour faire l’amour. Maintenant, je suis plus mature qu’il y a quatre ou cinq ans et le sexe n’est plus une priorité.

Avant, dans ma famille, on ne parlait pas de sexe. Comme dans presque toutes les familles africaines, c’était trop tabou. C’était aussi un sujet évité dans les églises. Quand je suis arrivée en France, j’ai découvert avec ma grand-mère que nous pouvions en parler. Dans l’église où elle vénère et où je vénère aujourd’hui, cet aspect est prêché sans tabou. J’ai pu changer ma vision de la sexualité.

Mais je ne vous cache pas que, comme tout être humain, j’ai des besoins et des désirs qui me rendent aussi folle. Croyant ne veut pas dire saint. Et oui ! Il nous arrive d’avoir toutes sortes de pensées parfois malsaines… Mais j’apprends à contrôler mes impulsions. Ce n’est pas facile je vous le jure, il y a des fois où mon corps me demande de ramener un homme, il a envie d’être caressé, mais je me contrôle. J’ai une technique qui marche tout le temps. Quand tu es excitée, prends une douche avec de l’eau froide, mais de l’eau froide de l’Antarctique !

Être vierge est une honte

Maintenant, je ne suis pas anti-sexe, non. Loin de là. Mais je me dis que chaque chose doit être faite en son temps. Le sexe ne peut pas être une priorité dans notre vie et je pense que la société doit arrêter de nous mettre la pression.

Être vierge aujourd’hui est très mal perçu. Les jeunes hommes qui n’ont pas encore franchi le pas sont critiqués, insultés et harcelés. Mon meilleur ami est toujours vierge et il reçoit toutes sortes de critiques et de menaces à cause de cela. Certains disent qu’il est gay, d’autres qu’il est une brute, et même s’il ne le dit pas, cela le blesse intérieurement. Il n’est plus la personne qu’il était, il a peur d’être critiqué, il ne sort plus beaucoup.

Personne ne devrait nous mettre la pression ou nous dicter quoi que ce soit. La relation dont je vous ai parlé a failli me détruire. Mon ex me faisait beaucoup de mal. Il me disait : ” Si tu m’aimes, tu dois coucher avec moi sans hésiter. Si tu hésites, cela veut dire que tu ne m’aimes pas.” Il s’énervait contre moi, me traitait de menteuse, me disait : ” Si tu étais vraiment vierge, tu aurais accepté.

 Ça veut dire que tu ne l’es pas…” J’ai failli céder à ses avances ! Les préliminaires sont dangereux. Au début, on pense que ça n’ira pas loin, mais une fois excité, c’est compliqué d’arrêter. Une fois, j’ai failli perdre le contrôle de moi-même, mais la petite voix en moi m’a sauvée, et je n’ai plus jamais fait de préliminaires.

Finalement, je me suis dit que s’il m’aimait sérieusement et sincèrement, il ne ferait pas du sexe une question internationale. Je me suis dit : “Ma chérie, un homme qui t’aime pour ton corps et rien d’autre t’abandonnera le jour où il trouvera une nouvelle proie.”

 Je ne dis pas qu’il ne m’aimait pas, mais il ne m’aimait pas assez pour m’attendre. Alors je me suis dit que je n’avais rien à faire avec lui. Aujourd’hui, je suis célibataire et fière de l’être. Je ne suis pas pressée. Le jour où je devrai être en couple n’est pas encore arrivé.

31 Jours de prière pour ton futur mari: Un coeur disposé et une intelligence renouvelée

Va avec la force que tu as, je serai avec toi !

Va avec la force que tu as, je serai avec toi !

L’Éternel se tourna vers lui et dit : Va avec la force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian ; ne t’ai-je pas envoyé ?

Juges 6:14.

J’ai entendu la confession suivante un jour où je rendais visite à un vieil ami qui était fatigué de la vie. Je l’ai écoutée sans l’interrompre. Ayant reçu par elle une parole de Dieu, je transcris, avec sa permission, son expérience, aussi fidèlement que ma mémoire le permet :

Sept heures… Le réveil sonne. Il faut se lever. Elle soupire. Devant elle s’étend la grisaille du jour, semblable à celle d’hier, et à celle du lendemain, probablement : la “mise en route” matinale, le petit déjeuner, le métro, les grands registres avec de longues colonnes de chiffres…

Non, elle n’a pas le courage. Une amie lui donne une recette : répéter dix fois, vingt fois : ” ça va bien, ça va très bien… “. Décidément, cette méthode Coué ne lui apporte rien. Tant pis, elle se retourne dans son lit, l’effort est pour plus tard ; maintenant elle ne peut que dire son découragement à Dieu….

Et soudain, elle se souvient de la réponse du Seigneur à Gédéon : “Va avec cette force que tu as.” Je sais, elle est faible cette force, mais elle existe, et le Seigneur Tout-Puissant la soutiendra. Il l’a promis. Alors d’un bond, elle se lève et va de l’avant.

Désormais, chaque matin, elle reçoit l’ordre qui porte en lui la force de l’exécuter :

L’Éternel se tourna vers lui et dit : Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian ; n’est-ce pas moi qui t’envoie ? 

Écouter la voix de Dieu

Prenons le temps d’écouter ce que Dieu veut nous dire. Peut-être vous trouvez-vous dans ce témoignage, laissez le Saint-Esprit parler à votre âme fatiguée et épuisée.

La prière, c’est tout simplement parler à Dieu. Votre Père céleste vous aime et peut tout entendre. Voici un exemple de prière pour vous aider : “Seigneur, je me réjouis de mes faiblesses, car c’est quand je suis faible que je suis fort. Je veux aller de l’avant avec la force et l’ordre que je reçois de toi.”

Louez Dieu

Aujourd’hui, de quoi êtes-vous reconnaissant ? Prenez le temps de remercier le Seigneur.

Agissez aujourd’hui

Que pouvez-vous mettre en place pour appliquer ce que Dieu vous a dit ?

Honorer le Seigneur

Notre voyage touche à sa fin. Honorons Dieu par la prière.

“Père céleste, ta grâce me suffit. A toi le règne, la puissance et la gloire, amen !”

Faire confiance à Dieu quand votre carrière n’avance pas

Faire confiance à Dieu quand votre carrière n’avance pas

Il y a deux ans et demi, j’ai reçu un appel me proposant un entretien pour l’emploi de mes rêves. Après sept longs mois de chômage, après avoir subi un licenciement dévastateur du premier emploi de ma vie d’adulte, je savais que c’était la pause pour laquelle j’avais prié.

En raccrochant le téléphone ce jour de juillet, je me souviens avoir appelé ma mère pour lui dire que je venais de recevoir l’appel qui allait changer ma vie. Dans les deux semaines qui ont suivi, j’ai commencé à passer des entretiens et à envisager un déménagement de ma petite ville de Caroline du Nord à Washington, D.C., où je sentais que Dieu m’appelait à travailler dans le grand bureau des relations gouvernementales et de la défense, un organisme à but non lucratif renommé.

Si quelqu’un m’avait demandé de décrire mon emploi de rêve sur un bout de papier, cela aurait été celui-ci. Je savais que je voulais une carrière et je savais que je voulais faire une différence dans le monde. Ce travail était le ticket pour les deux. Après quelques entretiens téléphoniques, ils m’ont réservé un vol et m’ont demandé de venir pour un entretien en personne. J’étais en extase. J’ai continué à prier pour ce poste, mais tout semblait s’emboîter si parfaitement que j’avais du mal à croire que Dieu n’avait pas tout orchestré.

Le jour de l’entretien, je me suis levé tôt et j’ai mis mon meilleur costume. Malgré le fait que la climatisation ne fonctionnait pas dans le bureau où je passais l’entretien (costume noir + journée de juillet + nervosité + absence d’air = combinaison mortelle), tout se déroulait comme prévu.

Une semaine plus tard, j’ai donc reçu l’e-mail. Celui-ci disait “Merci beaucoup, mais…”

Quelques mois plus tard, j’ai pris un autre emploi, surtout par désespoir, cette fois à Charlotte. J’avais besoin de soins de santé et d’un salaire stable. Poursuivre ma carrière de collecteur de fonds à but non lucratif n’était certainement pas ce que je voulais. Je me souviens d’avoir été assise dans une pièce sans fenêtre et d’avoir essayé de ne pas pleurer pendant une conférence téléphonique. J’ai pensé au jour où j’étais dans le taxi à Washington, D.C., puis j’ai scruté le paysage autour de moi. Dieu n’avait-il pas entendu mes prières ? Était-il en colère contre moi ? Était-ce ma faute – mes rêves d’une carrière réussie étaient-ils irréalistes et incohérents compte tenu de mes compétences ?

Et puis. Petit à petit. Sans même que je m’en rende compte, les choses ont lentement commencé à changer. Je prenais plus de responsabilités. Je me sentais plus autonome. Les choses allaient mieux. De petits rayons de soleil traversaient les murs sans fenêtre de ce bureau en sous-sol.

Au cours de l’année écoulée, les choses ont complètement changé. Les moments difficiles que j’ai vécus ont renforcé mes compétences, diversifié ma base de connaissances et m’ont donné la motivation nécessaire pour réussir. Mieux encore, la nouvelle PDG qui a rejoint notre équipe en août dernier s’est beaucoup améliorée.

 Non seulement je la respecte en tant que leader, mais elle est aussi une incroyable femme de Dieu. Nos compétences personnelles sont telles que nous travaillons extrêmement bien ensemble et produisons d’excellents résultats. J’ai tellement grandi grâce à son mentorat que je sais sans aucun doute que le Seigneur a orchestré ce partenariat.

Grâce à son leadership et aux opportunités incroyables qu’elle m’a offertes, je commence vraiment à voir la main de Dieu dans le chemin sinueux qu’a pris ma carrière.

Alors que je suis assis dans mon salon et que j’écris ces lignes, après trois journées de douze heures d’affilée, épuisantes mais exaltantes, je sais qu’à bien des égards, la vie que j’avais imaginée en tant que professionnel d’une vingtaine d’années s’est enfin manifestée.

 Je suis fier de ce que je fais, et la plupart du temps, même lorsque les heures sont longues, j’aime vraiment le faire. À bien des égards, je peux constater que les choses que je pensais vouloir dans le passé ou que je pensais que Dieu voulait pour moi n’ont pas été perdues. Les tours et détours apparemment dénués de sens que j’avais pris n’étaient pas vains.

La providence de Dieu dans ma carrière m’a enseigné trois leçons.

Premièrement, les choses prennent parfois du temps.

Dieu ne nous oublie pas et ne nous abandonne pas (Deutéronome 31:8). Ni vous ni moi ne sommes l’exception à cette promesse. Mon pasteur m’a récemment rappelé que tous nos héros bibliques de la foi ont emprunté un chemin plutôt “ridicule” pour y parvenir.

Joseph : vendu comme esclave et emprisonné pour un crime qu’il n’a pas commis. Il a fini par sauver son pays de la famine.

Noé : Appelé à construire un énorme bateau dans le désert pendant des années sans pluie. Il a sauvé l’humanité de l’éradication totale.

Abraham : A reçu l’ordre de quitter tout ce qu’il connaissait pour se rendre dans un nouveau pays. Est devenu l’ancêtre de la lignée du Christ.

Si nous suivons l’exemple de ces hommes et abandonnons ce que nous faisons pour obéir à la direction du Seigneur, il est impossible pour nous de nous retrouver sur le mauvais chemin.

Deuxièmement, l’endroit où je vais à partir d’ici n’est pas si important

(Matthieu 6:33-34 ; Jean 16:13). Je sais qu’il est nécessaire d’avoir des objectifs et des étapes. J’en suis convaincu. Mais très honnêtement, cela ne m’inquiète pas tant que cela. J’ai cessé d’essayer de planifier tout mon avenir et je sais que si je fais mon travail du mieux que je peux et que je garde les yeux et les oreilles ouverts quant au chemin que le Seigneur a pour moi, alors la bonne porte s’ouvrira quand il le faudra et pas plus tôt.

Et enfin, l’apparente providence du Seigneur dans ma vie professionnelle est une belle démonstration de ce qu’il peut et veut faire d’autre pour moi (Jérémie 29:11-14).

Ma confiance ne doit pas s’arrêter à ma carrière. J’ai pleinement confiance dans le fait qu’une route sinueuse, pleine de tunnels et de vallées, a un sens lorsque nous pouvons voir nos pas tracés derrière nous à la lumière du jour. J’arrêterai de forcer mes yeux pour voir ce qui est devant moi et j’embrasserai Celui qui marche à mes côtés et guide chacun de mes pas – dans la salle de réunion et au-delà.

“Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas, je les conduirai par des sentiers qu’ils ne connaissent pas, je changerai devant eux les ténèbres en lumière, et les lieux tortueux en plaine : je le ferai, et je ne les quitterai pas.” (Esaïe 42:16).

Le Talith est l’essence de Dieu : Comment mettre le Talith ?

Le Talith est l’essence de Dieu : Comment mettre le Talith ?

Après avoir mis son Talith, le juif se sent absorbé

Et totalement immergé dans ses dévotions.

Peu importe à quel point nous sommes saints,

Dieu sera toujours infiniment plus saint. Il est le Talith

Qui nous entoure. Mais dans l’autre sens, peu importe à quel point nous pouvons-nous abaisser

Bassesse que nous pouvons atteindre, Dieu descend jusqu’à nous et nous demande de

À nous et nous demande de nous adresser à Lui : Il est le

Il est les Tsitsith qui descendent jusqu’à nous pour que nous puissions

Et les embrasser.

Nous devons garder cela à l’esprit lorsque nous prions.

C’est pourquoi nous portons un Talith.

5 types d’hommes qu’une femme chrétienne ne devrait jamais épouser

5 types d’hommes qu’une femme chrétienne ne devrait jamais épouser

De nombreuses femmes célibataires aimeraient trouver le bon partenaire. Certaines disent que les choix étaient minces dans leur église, alors elles se sont aventurées dans le monde des rencontres en ligne.

 Ne vous contentez pas de ce que Dieu vous offre de mieux. Trop de femmes chrétiennes aujourd’hui se sont retrouvées avec un Ismaël, un mauvais partenaire.  L’impatience les a entraînées dans un mariage malheureux. Il vaut mieux pour vous être seule que d’être mal accompagnée ! Découvrez dans ce qui suit une liste d’hommes qu’il vaut mieux ne jamais choisir comme conjoint :

1– Le mécréant

2 Corinthiens 6:14 déclare que “Ne vous mettez pas sous le joug des incrédules. Car qu’est-ce que la justice a à voir avec l’iniquité ? Ou qu’est-ce que la lumière a de commun avec les ténèbres ? ” Il ne s’agit pas d’une règle religieuse dépassée. C’est la parole de Dieu pour vous aujourd’hui. Ne laissez pas le charme d’un homme ou sa réussite financière vous amener à compromettre ce que vous savez être juste.

2 – Le menteur

Dans Proverbes 19:22, il est dit : “Le charme d’un homme, c’est sa bonté. Mieux vaut un homme pauvre qu’un menteur. ” . Le mariage doit être construit sur la confiance. Si cela ne peut pas être vrai, mettez fin à la relation maintenant, avant d’être victime d’une autre tromperie.

3– Le playboy

Si vous épousez un homme qui a fait l’amour ici et là avant votre mariage, vous pouvez être sûre qu’il continuera à le faire après votre mariage. “Celui qui est fidèle dans les petites choses est fidèle dans les grandes, et celui qui est malhonnête dans les petites choses est malhonnête dans les grandes” Luc 16:10.

4- Le narcissique

Si votre ami passe six heures par jour à la salle de sport et poste régulièrement des gros plans de ses biceps sur Facebook, vous avez un problème. Ne vous engagez pas avec un homme égocentrique. Il est peut-être mignon, mais un homme qui s’intéresse à son apparence et à ses besoins ne sera jamais capable de vous aimer d’un amour sacrificiel, comme le Christ aime l’Église (Eph. 5:25). L’homme qui est toujours en train de se regarder dans le miroir ne fera jamais attention à vous.

5– L’homme autoritaire

Dans sa première lettre, Pierre ordonne aux maris de traiter leurs femmes comme égales à eux-mêmes (1 P 3:7). Si l’homme que vous fréquentez vous rabaisse, fait des commentaires désobligeants sur les femmes, ou semble étouffer vos dons spirituels, retirez-vous maintenant. Il essaie d’affirmer son pouvoir. Les femmes qui épousent des religieux obsédés par le contrôle finissent souvent dans le cauchemar de la dépression.

Si vous êtes une femme de Dieu, ne vendez pas votre héritage spirituel en épousant un homme qui ne vous mérite pas. La décision la plus intelligente que vous puissiez prendre est d’attendre un homme qui est vraiment engagé envers Jésus-Christ.

Les armes de combat que Dieu nous donne pour lutter contre le diable !

Les armes de combat que Dieu nous donne pour lutter contre le diable !

Le chrétien est-il engagé dans un combat ? Si oui, qui est son adversaire ? Pourquoi doit-il le combattre ? Et avec quoi doit-il se battre ? Ces questions méritent d’être posées et leurs réponses se trouvent dans la Bible.

  1. L’adversaire du chrétien.

Tout d’abord, il faut définir ce qu’est un combat. Par définition, le combat est l’action par laquelle on attaque et on se défend. Certains combats peuvent se faire à mains nues et d’autres avec une arme. Cependant, nous savons que celui qui se bat avec une arme aura un avantage sur celui qui se bat à mains nues. Une arme est tout instrument qui sert à attaquer ou à se défendre, mais aussi tout ce qui est utilisé pour combattre quelqu’un ou quelque chose.

A l’une des questions posées ci-dessus, nous avons la réponse en lisant 1 Pierre 5:8 (LSG) : Soyez sobres, soyez vigilants. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il peut dévorer.

Nous comprenons de ce passage biblique que le diable est l’adversaire de chaque enfant de Dieu. Il est celui qui s’oppose à notre foi, à notre paix, à notre succès, à notre destinée et à tous les autres domaines de notre vie. Étant un esprit invisible, non perceptible par les yeux naturels et utilisant principalement la ruse, nous ne pouvons pas le combattre avec des armes fabriquées par des mains humaines.

L’aversion de Satan pour l’homme a commencé il y a longtemps, car depuis l’Eden, la guerre a été déclarée lorsque ces mots ont été prononcés par Dieu dans Genèse 3:15 (BFC) : Je mettrai l’inimitié entre la femme et toi, entre sa descendance et la tienne. Sa descendance t’écrasera la tête, et tu lui mordras le talon.

Nous devons également savoir que Satan a une attitude particulièrement malveillante envers l’homme, car celui-ci a été créé à l’image de Dieu.

Pour Satan, blesser l’homme est une manière de blesser Dieu et s’opposer à l’homme est une manière de s’opposer à Dieu.

  1. Les armes du chrétien.

Face à notre adversaire qui est Satan, nous devons donc nous revêtir de toutes les armes de Dieu afin de pouvoir résister à ses ruses et combattre sa horde composée des puissances spirituelles mauvaises du monde céleste, des autorités, des pouvoirs et des maîtres du monde des ténèbres comme nous le dit Ephésiens 6.12 : Car ce n’est pas contre des êtres humains que nous avons à lutter, mais contre les ruses de Satan et les forces des ténèbres.

La bonne nouvelle est que Dieu nous a donné des armes avec lesquelles nous pouvons combattre les ruses de Satan et les forces des ténèbres :

La ceinture de vérité.

Ephésiens 6:14 : Tenez ferme, ceignez vos reins de la vérité, revêtez la cuirasse de la justice.

Nous devons revêtir la ceinture de vérité, car le diable est le père du mensonge et ne peut se tenir dans la vérité (Jean 8:44). Seule la vérité peut nous aider à lui tenir tête.

La cuirasse de la justice.

 

La cuirasse de la justice est une arme défensive qui couvre la poitrine et parfois le dos. La cuirasse doit protéger notre poitrine afin que notre cœur et nos poumons ne soient pas affectés : La justice nous protège de la mort spirituelle et de toutes les formes de corruption du cœur.

Le zèle que donne l’Évangile de la paix.

 

Ephésiens 6:15(LSG) : Mettez sur vos pieds le zèle de l’Évangile de la paix.

Et ce passage nous dit que nous devons mettre sur nos pieds le zèle que l’évangile de la paix nous donne comme chaussures. Le zèle est une ardeur vive pour le maintien et le succès de quelque chose. Avec le zèle, nous pouvons progresser dans notre marche chrétienne et ne pas être des chrétiens froids et stagnants.

Le bouclier de la foi.

 

Ephésiens 6:16 (LSG) : Prenez par-dessus tout le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin.

Un bouclier est une arme défensive que les gens dans les guerres portaient sur leur bras gauche pour protéger leur corps. Seule la foi peut nous protéger des attaques que Satan peut lancer contre nous en essayant de nous faire douter des promesses de Dieu, de nous communiquer des pensées d’échec, de peur, etc.

Le casque du salut.

Ephésiens 6:17 : Prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu.

Le casque est une arme défensive qui protège la tête. Lorsque nous avons l’assurance du salut, même lorsque nous tombons en commettant un péché, nous pouvons nous relever et continuer notre marche chrétienne. Car sept fois le juste tombe et se relève (Proverbes 24:16).

L’épée de l’Esprit : la Parole de Dieu.

La sixième arme est une arme à la fois défensive et offensive. La Parole de Dieu nous protège contre les nombreuses fausses doctrines qui existent dans le monde et nous aide également à vaincre le diable et ses ruses.

Dans l’ensemble, ces passages bibliques nous exhortent à porter continuellement ces armes comme nous nous habillons. Cela signifie que nous ne devons pas les jeter, quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons. De même qu’aucun être humain raisonnable ne sort sans vêtements, le chrétien ne peut pas non plus se permettre de vivre à l’époque actuelle sans être vêtu d’armes spirituelles.

La guerre est constante, notre champ de bataille est le monde et nous ne devons pas baisser la garde.

“Ne perdez jamais votre concentration après avoir vaincu la tentation, restez éveillés, car Jésus-Christ n’est pas encore revenu et vous n’êtes pas encore morts”. La guerre continue donc ‘’.